Décès de Lucie Aubrac

 

 

Lucie Aubrac, héroïne de la Résistance 'une des dernières grandes figures de la Résistance, Lucie Aubrac, est morte mercredi 14 mars dans la région parisienne à l'âge de 94 ans. Sa vie, marquée par un engagement de tous les jours, et plus précisément durant les années noires de l'Occupation, aura définitivement fait d'elle une incarnation du courage et de la capacité à se révolter. Son action en 1943 à Lyon, alors capitale de la Résistance, a été portée à l'écran en 1997 par Claude Berri dans Lucie Aubrac, jouée par Carole Bouquet. Un film qui restitue bien l'arrestation à Caluire des dirigeants de la Résistance - dont Jean Moulin et Raymond Aubrac, le mari de Lucie -, mais donne peu de renseignements sur la biographie de cette femme de tête née le 29 juin 1912 dans une famille de vignerons mâconnais modestes. Lucie Bernard, son nom de jeune fille, n'avait pourtant pas attendu les heures sombres pour prendre conscience de la montée des fascismes en Europe. Excellente élève, passionnée d'histoire, elle devient professeur agrégée dans les années 1930. Dès cette époque, elle est spontanément, naturellement une militante. Inscrite aux Jeunesses communistes, son engagement est total. Lorsque la guerre éclate, elle est en poste à Strasbourg. Elle vit avec un jeune ingénieur des ponts et chaussées issu de la bourgeoisie juive, Raymond Samuel. Ce dernier a fait une partie de ses études aux Etats-Unis, pays qu'il apprécie tout en restant très proche des analyses marxistes. Ils se marient le 14 décembre 1939 alors que la France s'est installée dans la drôle de guerre. A l'heure de la défaite de juin 1940, quand Raymond Samuel se retrouve prisonnier de l'armée allemande, Lucie parvient une première fois à le libérer de la prison de Sarrebourg (Moselle), en août, profitant d'une confusion générale. Tous deux gagnent alors Lyon. Le régime de Vichy s'est installé, la collaboration s'impose violemment et le premier statut contre les juifs est adopté. Le couple, qui dispose de deux visas, pourrait partir aux Etats-Unis. Ce serait la sagesse : ils sont fichés comme communistes et il est juif. Ils refusent ce confort, non par défi mais par patriotisme. Par esprit de résistance. Ils seront parmi les premiers en France à constituer un réseau d'entraide solide, à rédiger des tracts et à les distribuer. A l'automne 1940, Lucie Samuel rencontre Emmanuel d'Astier de la Vigerie, fondateur du réseau clandestin Libération. Ils décident de lancer ensemble un journal. C'est durant ces rencontres que Lucie et Raymond Samuel deviennent insensiblement des clandestins. Elle est professeur et mère de famille; elle est aussi complètement impliquée dans la vie du mouvement Libération. En 1941, tous leurs efforts sont tournés vers la rédaction et l'impression du journal, arme de propagande. En 1942, ils cherchent à élargir leur réseau et à trouver des armes, de l'argent, des caches. Le tout avec un mélange d'improvisation et d'organisation. De sang-froid et de fièvre. Pour tout le monde, ils s'appellent Lucie et Raymond Samuel. Ils donnent le change. Leurs voisins ne se doutent de rien. Elle part chaque jour donner ses cours au lycée de jeunes filles Edgard Quinet; lui travaille assidûment. Mais en réalité, les contacts rapides, les rendez-vous clandestins se multiplient. Sous le nom de François Vallet, Raymond Samuel est arrêté le 15 mars 1943 alors qu'il va rencontrer un camarade, Maurice Kriegel Valrimont, alias Maurice Fouquet, dans un appartement de Lyon. Dans le même coup de filet, une vingtaine de personnes sont arrêtées. La police française ne parvient pas à percer la véritable identité de Raymond Samuel. Il explique qu'il se livre au marché noir (achat et revente illégaux de sucre). Le juge signe une ordonnance de libération le 10 mai 1943. Mais ce qu'ignore Raymond Samuel à ce moment-là, c'est le rôle de sa femme. Lucie s'est rendue en personne chez le procureur pour lui tenir ce langage : "Je représente ici l'autorité du général de Gaulle, qui est le chef de Vallet. Si demain, au palais de justice, vous ne signez pas favorablement sa mise en liberté, si le 14 au matin Vallet n'est pas libre, vous ne verrez pas le soleil se coucher le 14 au soir." Une dizaine de jours plus tard, le mouvement Libération, avec un commando intégrant Lucie et Raymond, libérera plusieurs autres résistants de ce groupe : Kriegel Valrimont, Serge Ravanel et François Morin, en se faisant passer pour des agents de la Gestapo. A chaque fois, Lucie Aubrac manifeste un courage et un esprit de décision exemplaires. "Il faut savoir être fou", disait-elle. Il lui arrivait aussi d'ajouter : "Sans les femmes, la Résistance ne pouvait rien faire." Elle en était un élément de preuve. La Résistance pouvait en tout cas prendre les couleurs d'un "grand jeu enfantin et mortel", selon la formule de d'Astier de la Vigerie. Lors de l'arrestation de Caluire, près de Lyon, le 21 juin 1943, quand Jean Moulin, chef de la Résistance fut arrêté avec sept autres dirigeants dont Raymond Aubrac, l'aspect mortel l'emporta. Mais encore une fois, Lucie parvient, après quatre mois de patience, à faire libérer son mari au cour de Lyon. Le couple vit alors de cache en cache, recherché, traqué. Lucie Aubrac parvient, grâce à ses contacts, à gagner Londres le 8 février 1944 avec son petit garçon. Elle accouche d'une petite fille quelques jours plus tard. Son combat aurait pu s'arrêter là. Mais Lucie Aubrac participa à la Libération et siégera à l'Assemblée consultative. Par la suite, elle ne cessa jamais de militer, d'enseigner, de faire la pédagogie de ce que furent l'ignominie de la collaboration et la fraternité de la Résistance. De sa voix forte, avec une détermination inoxydable, elle racontait, expliquait. Devenue militante d'Amnesty international, prenant cause pour les sans papiers, elle résumait son credo d'une phrase : "Le mot résister doit toujours se conjuguer au présent."

 

Laurent Greilsamer

Le Monde 16mars 2007

 

Une belle histoire vraie

Elle était l'audace même, par Laurent Greilsamer cela se passe sous l'Occupation. Après mille péripéties, une jeune Française parvient à pénétrer dans l'Hôtel Carlton, dont le bâtiment a été réquisitionné par les Allemands. Elle s'appelle Mlle Guillaine de Barbentane. Son père, décédé, fut un grand cavalier, ancien du Cadre noir de Saumur. Exquise, fragile, éplorée, elle explique à son interlocuteur, un colonel chef des services économiques de la région lyonnaise, son désir d'épouser au plus vite un prisonnier, François Vallet, dont elle attend un enfant, sous peine d'être frappée de déshonneur. Persuasive, la jeune femme obtient des renseignements sur son fiancé : il n'est pas mort, mais il est mêlé à une grave affaire, on le soupçonne d'être un cadre de la Résistance. Mlle de Barbentane se moque bien de ces précisions : elle répète au colonel qu'elle veut un mari. Elle le charme, l'apitoie et le corrompt. Le colonel finit par la recommander à un lieutenant de la Gestapo. Rendez-vous est pris. Elle apprivoise le lieutenant. Elle revient. Il accepte une caisse de bouteilles de cognac. Il ordonne au ommandant du fort Montluc de faire transférer dans son bureau le dangereux François Vallet pour interrogatoire. Et là, Mlle de Barbentane peut le regarder droit dans les yeux en exigeant qu'il consente au mariage. Ce résistant doit être fusillé ? Elle est têtue. Ils s'uniront selon le protocole du mariage in extremis, procédure rarissime. Jour après jour, elle noue des contacts, prépare des caches, des stocks de provisions. Quelques semaines plus tard, elle participera avec un groupe de corps francs à la libération de son fiancé lors de son transfèrement du siège de la Gestapo au fort Montluc. Mlle de Barbentane avait du cran. Elle avait l'allure altière. Elle était l'audace même. On aura reconnu Lucie Aubrac, morte la semaine dernière à l'âge de 94 ans. En libérant François Vallet, le 21 octobre 1943, elle sauvait en réalité pour la troisième fois Raymond Aubrac, son mari, l'un des dirigeants du mouvement Libération. Par amour et par obstination. Car Lucie Aubrac ne s'avouait jamais vaincue. Accepter la défaite ou renoncer ne faisaient pas partie de ses catégories mentales. Elle était d'un bloc. Elle avait le don de penser large et d'être attentive aux détails. Elle alliait l'intellectualisme et le bon sens. La guerre ne lui était pas tombée sur la tête : passionnément pacifiste, puis communiste dans les années 1930, elle avait assisté à la montée des fascismes. Elle avait résisté avant même qu'il soit question de Résistance. A l'époque glauque de la collaboration, elle avait recréé avec ses camarades une fraternité et une noblesse disparues. En ce temps-là, les pseudonymes en disaient long. Lucie Aubrac (en réalité Lucie Samuel) était devenue Mlle Guillaine de Barbentane grâce à l'habileté de Pierre-des-Faux-Papiers. De même qu'un autre grand résistant, le poète René Char, était devenu le capitaine Alexandre, épaulé par Arthur-le-Fol, l'Ami-des-Blés, le Nageur et tant d'autres. La mort rôdait : il fallait la faire reculer pied à pied, sachant le risque toujours présent, imminent. La vie était cernée, tissée de peurs et de trahisons, de grand courage aussi. "Le monde clandestin était un monde d'enfants qui traçait ses propres coordonnées et échappait à tout", a pu dire Emmanuel d'Astier de la Vigerie, fondateur du groupe Libération. On retiendra de Lucie Aubrac, alors mère d'un petit garçon et enceinte d'une petite fille, cette rage de lutter et d'agir. Libre mais traquée, elle finira par s'envoler dans un coucou, avec mari et enfant, pour Londres, en février 1944. Un message de la BBC lui en avait fait la promesse : "De Carnaval à Mardi gras : ils partiront dans l'ivresse !" Cela sonne comme du Paul Eluard. Lucie Aubrac n'était pas une sainte, c'était une femme rare, debout.

Laurent Greilsamer

jArticle paru dans l'édition du Monde du 20.03.07.

 

 

Ecouter 2000 ans d'histoire du mercredi 21 mars 2007

 

 

 

[ Liste au fil du temps ]

[ Retour à l'accueil ]