ÉNERGIE SOLAIRE

«»Clermont-Ferrand survolté

La plus grande surface française de panneaux photovoltaïques est en Auvergne

C'est à Clermont-Ferrand, sur le toit du centre de maintenance du tramway, que se trouve la plus grande surface, en France, de panneaux photovoltaïques.

Le tramway ne fait pas que consommer de l'électricité. Il peut aussi en produire comme Clermont-Ferrand en apporte la preuve. C'est en effet sur le toit du centre de maintenance, construit dans le quartier de Champratel, que se trouve ce qui constitue la plus grande surface en France de panneaux photovoltaïques. "Un record qui ne durera pas", relativise Jean-Pierre Monde. responsable technique au SMTC. "D'autant plus que ce n'était pas là l'objectif".
Ce sont plutôt les circonstances qui ont conduit le maître d'ouvrage à installer ce champ de panneaux photo-voltaïques qui, de plus répondent à la philosophie de la ville en matière de maîtrise de la demande en énergie.
Sur cette surface plane de 10.000 mètres carrés qui constitue le toit de l'ensemble du bâtiment de maintenance technique du tramway.1.250 mètres carrés de panneaux photovoltaïques ont été installés. Surface complétée par 250 autres mènes carrés de panneaux installés sur la fàçade sud du bâtiment administratif. Lesquels ne se contentent pas de produire de l'énergie puisqu'ils font aussi office de pare-soleil pour les baies vitrées !Au total, c'est environ un millier de panneaux qui sont ainsi répartis sur 1.500 mètres carrés. Dès leur mise en fonction, d'ici quelques semaines, ils permettront de produire 143.800 kilowatts/ heure annuellement. C'est à la fois beaucoup et peu comme l'explique Jean-Pierre Monge: "C'est assez d'énergie pour alimenter environ un peu moins 1,5 million d'ampoules de 100 watts mais cela ne correspond qu'à 1% de la consommation annuelle en électricité du tramway ".
"De toute façon, l'électricité ainsi produite n'est pas destinée au tramway. Par le biais d'une convention, le SMTC va la vendre à EDF. C'est notre intérêt puisque le prix de vente; fixé au plan national, doit prochainement passer à 30 centimes le kWh tandis qu'EDF nous vend son électricité à 5 centimes", explique Jean-Pierre Monge.
Sachant que l'investissement se monte à 820.000 € hors taxes. dont 204.000 € de subventions (l'une de l'ADEME et l'autre de la Région:, " ces panneaux seront amortis dans une quinzaine d'années ", précise Jean-Pierre Monge. Avec la certitude qu'aucune panne ne viendra perturber la production d'électricité. "Il n'y a aucune usure à craindre du côté des panneaux, tout juste convient-il de les nettoyer périodiquement".

Tous ces panneaux sont reliés entre eux et l'électricité qu'ils produisent est dirigée vers deux onduleurs permettant de transformer le courant continu produit en courant alternatif qui est ensuite acheminé vers sur le réseau EDF via tin transformateur situé à une centaine de mètres dans le quartier.
Ces panneaux photovoltaïques sont complétés par des panneaux solaires plus classiques qui, eux, sont utilisés par le centre de maintenance pour la production d'eau chaude sanitaire.
JEAN-PIERRE VACHEROT
Journal La Montagne du 28 avril 2006


[ Liste au fil du temps ]

[ Retour à l'accueil ]