Et Dieu créa le chat


Tout le monde sait que pour créer la femme, Dieu, qui voulait faire mieux encore, eut l'idée de partir d'une côte d'Adam.
Mais ce que bien peu savent, c'est comment Dieu s'y est pris pour créer le chat.

C'était pendant la semaine de la création, bien sûr.
Avant la grande pause du Shabbat, Dieu voulut se payer la petite pause du Chat bête.
Il avait déjà fait tous les animaux. Et c'était vraiment très bien.
Mais Dieu vit que les hommes, les femmes et enfants ne pourraient pas tous jouir de tous ces animaux.
Il eut donc un trait de génie comme lui seul en a.

Il pensa :
" Je vais faire une petite merveille pas cher à nourrir.
Une petite merveille qui conviendra aux riches, aux pauvres.
Aux enfants, aux soi-disant grandes personnes,
Aux vieux qui sont tout seuls.
Aux originaux, aux indépendants, aux intellectuels.
Aux citadins, aux paysans, aux artisans.
Une petite merveille heureuse dans la nature,
Les maisons et les apparts,
Heureuse dans les bois, les rues, les jardins,
Sur les murs, les toits, les gouttières,
Dehors, dedans, aux fenêtres
Heureuse partout, quoi.
Une petite merveille utile
Ou simplement belle pour le plaisir des yeux.
C'est ça, je vais la faire belle, fort belle, toujours belle. "

Le créateur se promena tranquillos dans la nature
Et fit une étrange cueillette dans sa besace de Dieu :
Il prit, ça et là,
Une bonne mesure d'écureuil,
Une certaine mesure de fouine,
Une mesure certaine de tigre bien en griffe,
Une mini mesure de menton de crocodile qui fait la pause,
Une mesure allongée de sphinx qui vous regarde droit dans les yeux.
A propos des yeux,
Il lui mit aussi des vers luisants plein les pupilles.
Et j'en passe.

Ce n'est pas tout.
Dieu prit des tendons, de la souplesse, de l'étirement,
Des maxi moustaches
Et des mini moustaches
Beaucoup de flegme,
De la révérence de petite fille modèle,
De la roulade indécente,
Des pattes en l'air,
Et plein d'autres choses encore.

Dieu touilla le tout dans un gobelet géant
Avec une mixture de poils, de soie de vers à soie
Et des couleurs de l'arc-en-ciel.
Il lança en l'air sa nouvelle créature
Qui excella dans la douceur de l'atterrissage.

Il l'appela " chat "
Mais le " dit chat " n'était pas au rendez-vous.
Avant que Dieu ait droit à une apparition.
En un clin d'œil et sans que Dieu le voit,
Il avait disparu !

Dieu l'appela, l'appela, l'appela.
Mais le chat ne répondit pas
Car un chat ne répond jamais quand on l'appelle.

En réelle compassion avec la mère Michèle
Qui elle aussi perdra son chat,
Dieu devint fiévreux
Il chercha partout son cher chat.
Pas de chat, plus de chat.
" Où a passé mon chat ? !
Rien !

Le Bon Dieu s'efforça de se consoler.
C'était très difficile.
Et soudain :
Dans un coin du paradis,
Il aperçut le matou,
Un Matou m'as-tu vu
Perché,
Qui le fixait, fixait, fixait.

Dieu prépara des mots très gentils pour exprimer son couroux.
Le temps lui manqua,
La bête dégringola,
Frôla Dieu de côté.
Muet d'émerveillement,
Le Créateur se pencha vers la câline féline
Il ouït un " Miaou ! ",
Tendre, innocent, désarmant.

Alors Dieu se dit : Ça va !... Ils vont aimer !
Et il dit au chat : Chava ! Heu,... Va ! Chat !


Post Scriptum

Plus tard, Dieu prit une côte de chat.
Il en fit une pure merveille au féminin
Et dit à ses petits anges :
C'est pour ma Béatrice,
Elle l'appellera Ponette,
Allez donc savoir pourquoi !


Béatrice Soulary 13-03-07. Une amie de Bernadette Rolland.

 

[ Liste au fil du temps ]

[ Retour à l'accueil ]