Le pou-du-ciel revit !



Le "Pou-du-ciel" de la rue du commerce

Au numéro 20 de la rue Maréchal Foch à Roanne, derrière la façade du magasin de coutellerie Bernard Besset, un petit avion, fabriqué par son père, sommeillait. Grâce à un ingénieux réparateur, Il va revivre.

Le grand-père de Bernard Besset possédait une importante fabrique de coutellerie à Thiers et son fils France, lui, se passionnait pour l'aviation. Admirateur de Lindbergh et Mermoz, il dévorait livres techniques et biographies des grands aviateurs.
Dans les années 30, le livre d'Henri Mignet permettant à de jeunes amateurs de fabriquer eux-mêmes et de piloter un petit avion bi-plan de 6 mètres d'envergure, allait réaliser ses rêves.
Ancêtre de l'U L M, nommé "pou-du-ciel" à cause de sa forme, cet appareil avait permis à Mignet de traverser la Manche et de se poser en Angleterre.

Le rêve de M. Besset, qui, enfant, essayait de voler avec un parapluie (en guise de parachute!), allait prendre forme. Après avoir étudié des plans d'Henri Mignet, il construisit son avion en 1936 et vola en 1938 à Thiers et à l'aérodrome de Vichy. Mais depuis 1960, le pou-du-ciel dormait dans le hangar du jardin de la rue Maréchal Foch.


"Il y a un avion dans le jardin"
La rumeur se répandit que Ber
nard Besset possédait un "pou-du-ciel.
Des curieux et surtout des passionnés se présentèrent, pour l'admirer, d'autres pour l'acheter "au prix d'un solex", le réparer et l'acquérir gratuitement, ou le mettre dans une collection.
"Il avait une grande valeur sentimentale pour moi, je n'ai jamais voulu le vendre" explique son propriétaire.
Puis arriva Daniel Pras, ancien officier de l'armée de l'Air, qui a construit quatre autres avions, seul ou avec le club RSA (Réseau des Sports Aériens. Association de constructeurs de machines de l'U L M jusqu'à l'avion de voltige Aérodrome de Roanne-Renaison, Saint-Léger-sur-Roanne.).

Grand admirateur de Mignet, fanatique du "pou-du-ciel", il accepta de le réparer, en offrant gracieusement de son temps libre. Au terme d'un travail commencé en avril 2001, aujourd'hui le petit avion revit.
Après les couches de peinture finales et la décoration apportées par Franck, le fils de Bernard Besset
tatoueur-peintre rue Bourgneuf, avec la participation de Jérôme Valcourt, de la Carrosserie des Tuileries, le pou-du-ciel de Thiers sera une nouveauté au meeting aérien de Roanne.


Hélice en bois et moteur de moto

Le pou-du-ciel fait 130 kg, ses ailes 6 mètres d'envergure. Il a un moteur de moto de 1936 de 22 cv. Tout est en bois, épicéa ou pin, et les ailes en toile. "Son réservoir était en laiton, mais cette matière étant introuvable de nos jours, commente M. Pras, je l'ai refait en feuilles de cuivre."
Il consomme 9 litres à l'heure et dispose d'une autonomie de 3 à 4 heures. Il peut atteindre une altitude de 3000 mètres. "J'ai adoré cette formule aérodynamique, c'était une aile auto-stable comme une balançoire mais il a été déconseillé de le fabriquer parce que mal " équilibré ", remarque M. Pras.
Trois ans de travail, près de 1800 heures de savoir-faire ! Hélice d'époque, ailes reconditionnées et 1 kg de pointes enlevées, remplacées par la colle. le pou-du-ciel est né une seconde fois mais pour le ciel roannais.


Louis PRAS
L'ESSOR du ROANNAIS 17 septembre 2004
AVIATION.


Le pou du ciel de tonton France

[ Liste au fil du temps ]

[ Retour à l'accueil ]